2 629 jeunes sénégalais ciblés par une formation aux métiers pétroliers et en passation des marchés

Au total 2000 jeunes sont ciblés par une formation aux métiers du Pétrole et du gaz et 629 autres en attaché de passation de marchés, à l’initiative du ministère de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat à travers l’Office national de la formation professionnelle (ONFP), a constaté APA jeudi à Dakar.

« Pour  la passation de marchés publics, la deuxième cohorte de cette année est composée de 629 candidats. Ils seront formés pendant six mois en cours du jour et du soir dans les zones de Dakar, Saint-Louis, Kaolack et Kolda« , a expliqué Ousmane Sène, directeur de l’ingénierie et des opérations de formation de l’ONFP, au cours du lancement des deux formations.

Soulignant que 53 millions seront mobilisés pour cette formation en passation des marchés publics, M. Sène a rappelé que pour la première cohorte, il y avait 181 candidats dont 161 présentés à la certification à l’issue de laquelle il y a eu un taux de réussite de 53%.

Pour les métiers pétroliers et gaziers, il s’agit de pompistes, graisseurs et laveurs de stations services, gérants de stations de gaz, agents de sécurité de sites pétroliers et dépôts de gaz. Il y a 2000 candidats répartis sur six zones (Dakar, Thiés, Saint Louis, Kaolack, Tamba et Ziguinchor), chaque zone polarisant les régions proches.

A travers les différentes études et visites, nous avons pu avoir une cartographie des besoins surtout en ce qui concerne les stations services qui ont un potentiel d’insertion estimé à plus de 14 000 emplois. Il y a un fort potentiel d’insertion des jeunes dans les métiers du pétrole et du gaz. Nous mobilisons le potentiel de formation autour d’une formation théorique et pratique. La formation sera  sanctionnée par une évaluation certificative avec un jury pour chaque zone mobilisant quatre professionnels », a expliqué M. Sène.

Selon Mamadou Talla, ministre de la Formation, de l’Apprentissage et de l’Artisanat, le développement d’un pays se mesure à la qualité de ses ressources humaines.

« C’est pourquoi, le Plan Sénégal Emergeant (PSE) a fait la part belle à la formation professionnelle. Ce faisant, nous voulons enrôler 100.000 travailleurs dans la formation continue et élargir la formation professionnelle aux diplômés de l’enseignement général. Le Sénégal, dans quelques années, produira du pétrole et du gaz ce qui permettra une transformation structurelle de notre économie. A cela, la formation professionnelle devra relever le défi de la mise à disposition de la  main d’oeuvre qualifiée« , a dit M. Talla soulignant que la présente formation répond aux besoins des compagnies actives dans le secteur pétrolier.

Source : apanews